Andréanne Joly

Journaliste indépendante et rédactrice en chef / Editor

Location icon Canada

Journaliste et rédactrice indépendante depuis une douzaine d’années, Andréanne Joly veille à la conception-rédaction, à la promotion et à la gestion de contenus. Elle se concentre sur la rédaction web, qui exige un grand sens de la lisibilité et de la découvrabilité des contenus.

À l’heure actuelle, elle coordonne la salle de rédaction de Francopresse.ca, où elle dirige le travail de journalistes pigistes actifs partout au Canada et assure le lien avec près de 20 journaux de la francophonie canadienne. Elle est aussi est gestionnaire du contenu de la version française du blogue de Tourisme Nord de l’Ontario et correspondante pour le journal Le Voyageur. Elle produit des articles de fond pour différents médias et sites web.

Portfolio
Lavoixdunord
03/28/2019
À Kapuskasing, le français déteint sur l'anglais - lavoixdunord.ca

Kapuskasing - Une analyse scientifique de l'anglais de Kapuskasing laisse entrevoir une bilinguisation de la population locale. "Il y a une convergence des populations", estime la linguiste Sali Tagliamonte. "Elles deviennent de plus en plus intégrées", en particulier les moins de 30 ans.

Lavoixdunord
12/20/2018
20e et dernière édition en 2019 de la St-Jean de Kap - lavoixdunord.ca

Kapuskasing - Il semble que la formule aréna ne s'avère plus viable pour "la plus grosse Saint-Jean de l'Ontario". Les couts gonflent, les revenus stagnent, les groupes sont moins nombreux et le public devient plus difficile à attirer, en particulier à l'ère de la microconsommation.

Northern Ontario Travel
10/30/2018
La chasse plus populaire que jamais

Qu'y a-t-il à aimer de la chasse? Réal Langlois, qui a connu ses premières parties de chasse à l'orignal en Abitibi, tout près du nord de l'Ontario, pourrait en parler pendant des heures. L'homme panache - c'est son surnom - observe, fasciné, l'orignal dans son habitat naturel depuis plus de 40 ans.

Northern Ontario Travel
11/30/2018
Une journée à Sault Sainte-Marie

Quatre sites pour découvrir le Sault. Le premier et le plus imposant site est la maison de pierre, habitée dès 1812 par Charles Oakes Ermatinger, un commerçant d'origine suisse, sa compagne Mananowe, la fille du chef ojibwé du pays, et leurs premiers enfants (ils en auront 13).

Northern Ontario Travel
03/20/2018
Pour vivre ici : pour l'amour de la lumière du Nord et de l'Ontario français

Entretien avec Bernard Émond " Il y a la beauté de la lumière. Il y a une vastitude. Et il y a quelque chose qui me touche dans ce passé commun. " La première de Pour vivre ici, le 8 e long métrage de Bernard Émond, a eu lieu à l'ouverture des Rendez-Vous Cinéma Québec, le 21 février.

Route Champlain
Le regard d'un explorateur sur l'Ontario - Route Champlain

À partir de 1603, Samuel de Champlain parcourt les côtes de ce qui deviendra l'Acadie et la Nouvelle-Angleterre, emprunte la rivière Richelieu, remonte le cours de l'Outaouais, poursuit sa quête jusqu'en Huronie et, de là, traverse le Saint-Laurent pour se rendre dans le territoire aujourd'hui états-unien.

Francopresse
07/25/2017
Être jeune, l'été, au Canada... Ça se passe dehors !

Pour découvrir le Canada, le site internet TripAdvisor suggère de voir les chutes Niagara, de faire une promenade au Stanley Park de Vancouver, de visiter le Vieux-Québec et la Basilique Notre-Dame de Montréal, de monter à bord de la télécabine PEAK 2 PEAK à Whistler, de découvrir les jardins publics d'Halifax. Les jeunes francophones, eux, ont une opinion tout autre.

Le Chaînon
2017
Des rivières en fromages

Si l'idée de créer des fromages lui est venue en Chine, François Nadeau produit et vend l'expression du Nord ontarien, de sa toponymie, de ses flaveurs... en fomages. Le Fromagerie Kapuskoise se fait un point d'honneur d'être le reflet de la région.

Corridor du Nord
02/25/2016
Une région franco! - Corridor du Nord

Il y a trois ou quatre générations, des francophones ont quitté la Beauce, la Gaspésie, Bellechasse, le Nouveau-Brunswick et le Lac-St-Jean en train, avec leur bagage et leur bétail, laissant des familles qui leur étaient chères à Sully, à Pokemouche, à Taschereau, à La Doré ou à Fort Coulonge.

Facebook icon Twitter icon Linkedin icon